Thomas Fersen — Borborygmes lyrics

Roselyne et moi, nous regardons le plafond.
Mon estomac produit des borborygmes.
Mon oesophage fait des bruits de siphon.
Je n'y peux rien, le ventre est une nigme.
Quoi qu'il en soit, j'aimerais filer d'ici
D'autant que son genou appuie sur ma vessie.
Je n'aurais pas la jambe ankylose
Si nous avions des lits superposs.
Autant aller fumer dans les waters.
Je sais ce que c'est que de dormir par terre.
J'en ai pass des heures au bord du lit
Quand ma moiti ronflait comme un grizzly.
Tissu au mur et mobilier ancien
Il est affreux ce masque vnitien
J'ai vu les memes hier Monoprix
Sont les penses qui meublent mon esprit.
Quoi qu'il en soit, ca manque d'aration
D'autant que son haleine vient dans ma direction.
Elle n'aurait pas la bouche qui fermente
Si elle sucait des bonbons la menthe.
Autant aller fumer dans les waters.
Je sais ce que c'est que de dormir par terre.
J'en ai pass des heures sur le balcon
la fenetre ou au bout du wagon.
Quoi qu'il en soit, elle voudrait vivre seule.
Tant pis pour elle car meme si on s'engueule
C'est suffisant, un lit de camp pour deux.
On ne fait qu'un quand on est amoureux.
Autant aller fumer dans les waters.
Je sais ce que c'est que de dormir par terre.
J'en ai pass des heures sur le balcon
la fenetre ou au bout du wagon.
[ Lyrics from: http://www.lyricsty.com/thomas-fersen-borborygmes-lyrics.html ]